mardi 25 novembre 2014

Numérisation des plaques photographiques

J'ai retrouvé quelques anciennes plaques photographiques de la famille, datant des années 30, parfois moins, et peut être une de la fin du 19 ieme. Ces photographies sont très émouvantes, je retrouve là mes parents enfants, mes grands parents, mes arrières grands parents, grands oncles ... cousins éloignés ... un vrai bonheur de se plonger dans l'atmosphère de l'époque et de construire son arbre généalogique avec ces portraits.
En introduction de cet article, voici le résultat obtenu avec la méthode décrite à la suite, photographie datant probablement de 1929.

Le tirage sur papier photographique reste simple, mais tout de même fastidieux. De plus le tirage se faisant par contact, reste au format de la plaque, soit 13x18, peu d'espoir de pouvoir en faire un agrandissement, et le partage avec le reste de la famille oblige à faire autant de tirage que nécessaire ... la numérisation semble un passage obligée.

Après moultes réflexions, et épluchages des différents type de scanner, la tâche semblait délicate, ainsi que l'investissement dans un Epson V700, seul semble t'il capable de traiter ce format avec un résultat de qualité.
Restait la méthode toute bête, celle de photographier les plaques, je n'y croyais pas du tout ! Mais quelques avis sur des forums m'ont fait douter, alors pourquoi pas essayer ? J'ai remis en marche un négatoscope que j'utilisais autrefois pour regarder mes négatifs. Je fis quelques essais avec mon appareil GX1 à main levé, un petit tour sur l'ordi, et ce ne fut pas si mal, cela valait le coup d'aller plus loin.

L'idée était de fabriquer une boite à lumière spécialisée pour ce travail et pour ce format 13x18.
Ci dessous , la construction de cette boite, en MDF, une lampe basse consommation de 13w(lumière du jour 5000k), du réflecteur aluminium (un reste d'isolant de porte de garage), et du plexiglass blanc opaque.
A titre indicatif les dimensions intérieures de la boite sont de : longueur 22 x largeur 16 x profondeur 24.
Un cache en carton noir permet de masquer le surplus de lumière et de caler au centre, toujours au même endroit, les plaques à photographier.

La prise de vue s'effectue sur trépieds, avec un objectif de 50 mm (équivalent 100 mm), diaphragme de 5,6 (le meilleur piqué), mise au point avec la loupe,  balance des blanc sur lumière du jour, et utilisation du retardateur de 2s pour minimiser au maximum les vibrations.
L'enregistrement en RAW est indispensable pour une sortie de qualité, avec la possibilité de retoucher tous les paramètres de la photo.

Ensuite, le travail est rapide, il suffit de placer la plaque avec le cache carton, de prendre la photo, et de passer à la suivante.
Reste le traitement sous Ligthroom : recadrer l'image (on peut laisser un petit liseré noir pour faire plus authentique), passer en noir et blanc, passer de négatif en positif (voir plus loin), ajuster les paramètres pour faire ressortir au mieux l'image (sauvegarder les paramètres pour la fois suivante), exporter.

Boite à lumière pour numériser les plaques photographiques
Boite à lumière en cours de construction
La boite presque terminée, notez deux trous d'aération pour évacuer l'air chaud.
Boite à lumière pour numériser les plaques photographiques
Boite à lumière presque terminée
Le cache en carton noir pour supprimer la lumière superflue, qui sinon perturberait la prise de vue.
Boite à lumière pour numériser les plaques photographiques
Le cache en carton au format 13x18
La boite à lumière en situation.
Boite à lumière pour numériser les plaques photographiques
La boite à lumière pour numériser les plaques 13x18
Au final, la prise de vue : l'appareil est fixé sur un trépied, ici sur le bas de la colonne, à porté de main et des yeux.
Boite à lumière pour numériser les plaques photographiques
Numérisation des plaques photographiques

Un autre exemple avec ces enfants qui posent sur l'escalier du jardin, la petite fille en bas à droite a aujourd'hui passé ses 90 ans, les autres ne sont déjà plus.
Boite à lumière pour numériser les plaques photographiques
Photo de famille
Cette boite à lumière ne revient vraiment pas cher, de 10 à 50€, fonction de vos fonds de tiroir. 
Bien sûr, je pars du principe que vous possédez déjà un appareil photo digne de ce nom (dans mon cas il s'agit d'un Panasonic GX1), permettant l'accès à tous les réglages, d'un objectif de qualité, de focale 100 mm équivalent 24x36), personnellement j'utilise un 50 mm F1,4 Zuiko (focale x2 sur µ4/3), associé à une bague OM/µ4/3. Les grands angles sont déconseillés à cause de leurs défauts de distorsion. Au delà de 50 mm (100mm en µ4/3), l'éloignement nécessaire pour cadrer le sujet risque de poser problème.

De même, je suppose que vous avez déjà un logiciel de traitement comme Lightroom qui permet de travailler ses images et d'obtenir de bons résultats malgré des originaux souvent en mauvais états, sinon il vous en coutera un centaine d'euros supplémentaire. Certes Lightroom n'a pas une ergonomie des meilleures, c'est le moins qu'on puisse dire, mais à force de tâtonner et de recherches sur internet, vous arriverez un jour, vous aussi, à maitriser ce logiciel très performant.

Petite info concernant le passage de négatif à positif avec Lightroom5, il faut inverser la courbe des tonalités en tirant les bouts de la courbe dans les coins opposés. Pour cela il faut fermer la fenêtre additionnelle permettant de modifier la courbe à l'aide des curseurs, cliquer sur l'icône :
Les bords de la courbe sont alors libres, il faut monter le blanc et descendre le noir.
Après avoir inverser la courbe, sauvegarder ce paramètre de courbe "négatif" pour y accéder la fois suivante très simplement.

La numérisation à de gros avantages, elle permet :
- La sauvegarde des documents photographiques anciens,
- La restauration des photographies par l'utilisation d'un logiciel de traitement,
- La diffusion de ces documents en numérique sur clé usb ou par internet (mails, sites de transfert de fichier, cloud ...), 
- La présentation des ces images sur des blog/sites web/réseaux sociaux, 
- La présentation sur "papier" avec la réalisation d'albums ou de livres,
- le remplacement du tirage "chimique" à l'ancienne par une impression sur imprimante, avec la possibilité d'agrandissement. 

Pour terminer, une autre photographie, vers 1920, la plaque est un peu abimée mais le charme n'en est que plus prenant.
Boite à lumière pour numériser les plaques photographiques




samedi 1 novembre 2014

N&B Argentique avec l'XPAN

Dois je ranger mon XPAN sur l'étagère d'un musée ? ... non, ce n'est pas possible ! je ne peux m'y résoudre ... Il n'en tient qu'a moi de le faire vivre ! alors j'y glisse une pellicule de temps en temps, lorsque le sujet s'y prête. Quelques mois plus tard (!) je prends mon courage à deux mains, et je développe à l'ancienne. Puis s'en suit la lourde tâche du scanning, mais, après tout ce travail, je suis rarement déçu... sauf bêtise de cadrage de ma part. Ci dessous quelques photographies de la côte Normande.

La jetée de Luc sur mer
La jetée de Luc sur mer
Le poste des maîtres nageurs de Lion sur Mer
Le poste des maitres nageurs de Lion sur Mer
La sortie de la rade de port en Bessin
La sortie de la rade de port en Bessin
La rade de Port en Bessin
La rade de Port en Bessin
En haut de la falaise de Port en Bessin
En haut de la falaise de Port en Bessin
Restes d'épave au pied de la digue de Port en Bessin
Restes d'épave au pied de la digue de Port en Bessin 
La Cabane aux livres de Courseulles sur Mer
La Cabane aux livres de Courseulles sur Mer
Courseulles sur mer
La promenade de Courseulles sur mer

D'autres photographies panoramiques en N&B de la région sur l'article "Retour vers le passé"
Photographies réalisées avec pellicules Ilford Delta 400

jeudi 9 octobre 2014

GoPro Hero 3+

GoPro Hero 3+

Voici une caméra originale, qui a un énorme succès, mérité ...
Les raisons du succès sont simple : petite et légère, très bonne qualité d'image, tarif abordable, et surtout quasiment sans concurrence.
GoPro a visé le marché spécifique du sport, qui coïncide très bien avec l'engouement populaire pour les sports de nature et les réseaux sociaux. Quelques clips spectaculaires ont fait le reste de la promotion.

Regardons les avantages :
- la caméra est vraiment petite, en forme de cube, très légère,
- un boitier étanche à 50m de profondeur est livré d'office avec la caméra, c'est un élément indispensable pour sécuriser l'objet,
- module wifi permettant de piloter la caméra et de la configurer très facilement à partir d'un smartphone,
- durée d'utilisation de la batterie très bonne (sans wifi),
- Possibilité de très nombreux accessoires pour tout type de sport,
- Mode Protune permettant de faire des vidéo de hautes qualités (hauts débits et configuration avancée),
- Qualité d'image excellente,
C'est une caméra très polyvalente, même les pros l'utilisent pour les reportages qui décoiffent, du fait de sa petite taille. Elle peut être accrochée partout, de l'aile d'avion à la planche de surf. Le commun des mortel jouera avec à la piscine, filmera sa course à pied du dimanche ou la sortie en famille sur les manèges de la fête foraine, au ski, sur le vélo ...
Tout ce qui était inimaginable il y a peu, est maintenant devenu simple comme un jeu d'enfant.

Et les inconvénients:
- le boitier étanche ne permet pas d'enregistrer les sons, il faut prévoir un enregistrement à part si le son est indispensable,
- la configuration par les boutons (deux) et le petit écran LCD est particulièrement fastidieuse, prévoir de bonnes lunettes,
- Chargement de la batterie fastidieux : sortir la caméra du boitier, enlever le petit cache plastique, et connecter votre chargeur sur la prise USB de type appareil photo (qui n'est pas le format des smartphones), ... d'ailleurs la gopro est vendu sans  chargeur, vous devez l'acheter séparément.
- Nécessité d'avoir une panoplie d'accessoires, tous très couteux, le moindre bout de plastique est à 15€ minimum, et cela monte très vite,
- Ces accessoires sont peu pratiques, difficiles à monter, ils se ressemblent tous, on s'y perds rapidement, mais ils sont indispensables, il faut en passer par là,
- la carte sd est une micro sd ... et micro veut bien dire miniature ! prévoir une bonne capacité pour ne pas avoir à la changer sur site ...
- Hors de son boitier étanche, la caméra n'a aucune possibilité de fixation,
Il est indispensable de bien préparer à l'avance sa caméra et son mode de fixation, parce qu'au dernier moment, en pleine nature, cela peut devenir difficile ... le bon accessoire, la bonne tige, la vis adéquate, la sécurité ... la charge de la batterie, la micro sd avec suffisamment de place ... et sans rien perdre en chemin, un exploit !

En photographie
Cette caméra fait aussi des photos, mais ce n'est pas son point fort. Pas contre, en photographie d'action, elle est relativement bien taillée, avec un mode rafale que l'on peut configurer de 3 à 30 photos de 1 à 3 secondes.
Le mode Time Lapse est à mi chemin entre la photographie et la vidéo. Ce sont bien des photographies qui sont prises à intervalle régulier, et c'est une vidéo qui assemblera l'ensemble au final. La caméra ne fait pas le travail de conversion vidéo, il faut utiliser le logiciel GoPro Studio (gratuit) pour cette tâche.
La configuration du Time-lapse est préprogrammé à 1 prise toutes les 0,5 , 1, 2, 5, 10, 30 et 60 secondes, de quoi satisfaire tous les cas d'utilisation.

En vidéo
Il faut savoir que de base, le champ de vision est très large, vraiment très large, équivalent à un 14mm en 24x36, soit 120° horizontal ! Cela a des avantages et des inconvénients : pas de soucis de cadrage mais des images déformées. Heureusement, nous pouvons configurer en mode médium, champ de 90° en horizontal, et ici les images sont très correctes.
La caméra n'a pas de stabilisateur, ni optique, ni numérique ... et les résultats s'en ressentent, attention au mal de tête lors des visionnages des scènes d'action ! Le perfectionniste trouvera sur le web l'accessoire idéal pour stabiliser ses images, que l'on appelle Steadicam.

En images ci dessous :
GoPro une multitude de petits accessoires ...
Une multitude de petits accessoires ...
GoPro Les connecteurs et la trappe de la micro sd
Les connecteurs et la trappe de la micro sd, derrière un cache désolidarisé et perdable facilement ...
GoPro La micro sd vraiment micro
La micro sd ... vraiment micro, manipulation peu aisée !
GoPro dans l'eau
Dans l'eau, la GoPro coule à pic ! Prévoir un flotteur, ici un morceau de liège et une cordelette pour mettre autour du cou.

Et des vidéos (les toutes premières ... soyez indulgent)
Un week-end de Ski de fond avec mon club, champ de vision "ultra large"
Dans l'eau, champ de vision "medium"
Pour finir un exemple de Time Lapse pour voir défiler les nuages

Bien sûr sur YouTube vous trouverez des vidéos cent fois plus belle !

lundi 26 mai 2014

Panasonic GX7


Premières impressions

Le GX7 avec sa livrée noire et métal à un look légèrement "vintage", disons "rétro" en français, ce qui le rend plutôt sympathique dès sa première prise en main.
Mais surtout le photographe y trouve rapidement ses marques comme le viseur, certes électronique, mais ce viseur semble avoir toutes les qualités, il est même orientable, permettant des prises de vue de type "poitrine" comme avec un Rolleiflex (pour les papis comme moi), ou simplement à la reflex, l'appareil à hauteur du visage.
En complément du viseur, un bel écran orientable idéal pour les prises de vue de Nature au ras du sol, ou pour la vidéo.
Les commandes sont simples et tombent sous les doigts, le barillet principal avec ces modes P, A, S, M ainsi que les autres plus "gadgets" ... mais certains valent le coup de les regarder plus en détails.
Le boitier n'est ni miniature, ni encombrant, ni léger, ni lourd, il tient bien dans les mains avec sa pseudo poignée bosselée.

Premières photographies

Restons simple, Mode P, ISO auto, mesure multi-zones et c'est parti.
Le bruit du rideau est un son métallique plutôt agréable, de quelque chose qui glisse avec aisance, de rapide, de léger ... l'écran est relativement fidèle et renseigne bien sur la qualité de l'image.
De retour sur son ordi, avec un bel écran le résultat est là, les images sont belles, les couleurs fidèles, le rendu général est très bon. A part les images de sujets blancs qu'il faut surexposer à la prise de vue (comme avec la plupart des appareils), rien à redire, l'exposition est juste.
Les photographies ci-dessous sont faites avec un "vieux" Tamron de 50mm macro ouvrant à f2,5, équipé d'une bague pour baïonnette Olympus, monté sur une bague d'adaptation OM - micro 4/3 (!), présentées sans retouche autre que le redimensionnement, mais Google peut retoucher les images de son propre chef ...
Iris, Objectif Tamron 50mm macro f2,5

Julio, chat charmeur, Objectif Tamron 50mm macro f2,5

Vaisselle, Objectif 14-42 mm


Clair de lune, 1/25s à 6400 iso, Objectif Tamron 50mm macro f2,5
D'autres photographies plus loin...

Le GX7 plus en détails

Sensibilité : un point important ! A partir de quel moment la montée du bruit sera t'elle gênante et le logiciel ne pousse t'il pas trop le lissage pour tenter de faire disparaître le bruit ?
Ces essais montrent que le GX7 a gagné un cran supplémentaire (par rapport à la génération précédente) en présentant des images à 3200 iso tout à fait correctes, permettant de photographier en intérieur en toute sérénité et sans flash. Si on peut encore s'amuser à 6400 iso, au delà le bruit est bien présent, disons même pesant ! Le lissage est très léger, voire imperceptible, laissant le photographe maître de ses images.

Le flash : eh oui, le GX7 a même un flash, un peu riquiqui, mais impeccable pour déboucher les ombres, et photographier la nuit venue.

Les modes "scène" : pas vraiment un truc de photographe ... avec un choix de 24 modes différents, on s'y perd rapidement. A tester à tête reposé, et mémoriser les modes qui pourraient vous être utiles.

Les effets: accessibles sous l'icône "palette" de la molette de sélection des modes. On trouve là un choix de modes N&B : dynamique, brut et doux ... des effets intéressants, sinon le mode scène propose un N&B classique de bonne facture.

L'intervalomètre : La fonction est intégré à l'appareil, on évite ainsi l'achat d'un élément extérieur avec les problèmes de compatibilité associés. L'intervalomètre permet de faire du "Time lapse", des vidéos accélérées comme par exemple le défilement des nuages ou le coucher du soleil. C'est une fonction très ludique et créatrice, plutôt pour le vidéaste. Pour vous donner envie, regarder cette vidéo, elle est faite avec un  reflex 24x36, pourquoi pas tenter avec le GX7 ? Voici un exemple plus simple sans prétention, réalisé avec 1794 photos espacées de 5 secondes, soit un peu plus de 2 heures de prise de vue, assemblées avec un logiciel GoProStudio (gratuit), et habillées avec iMovie. A 30 images par seconde, la vidéo fait 1 minute.
Vous trouverez ici le logiciel Go Pro Studio.

La vidéo : on a beau être un photographe pur et dur, si l'on tente par curiosité la vidéo Full HD du GX7, il sera difficile d'échapper au charme du "cinéma", certes c'est un autre monde, mais le GX7 donne envie de se lancer ... attention il vous faudra une informatique à la hauteur pour faire du montage, condition sine qua none pour faire des vidéos dignes de ce nom (les PC et MAC d'aujourd'hui sont tous capables). Le GX7 propose un mode à 50 fps permettant d'avoir plus de fluidité pour les scènes très animés/rapides. Les puristes ne trouverons pas de prise micro.

Les objectifs : La gamme des objectifs micro 4/3 est très complète, Panasonic bien sûr avec de nouveaux objectifs haut de gamme pour le GX7 comme le 12-35 mm F2,8 (un peu cher), les objectifs Olympus entièrement compatibles, Sigma également, Voigtländer et ses objectifs hors du commun comme le 25mm f 0,95 (très très lumineux)!!
Ce qui est intéressant avec les micro 4/3, c'est la possibilité de monter quasi n'importe quoi comme caillou à l'aide de bagues adaptatrices ... personnellement j'ai une gamme d'objectif Olympus OM-system Zuiko, que j'ai pu faire revivre ainsi. La mise au point et le choix du diaphragme sont manuels. Un mode loupe très efficace permet de faire une mise au point précise, et le choix du diaphragme directement sur l'objectif est particulièrement commode( à l'ancienne). La focale est multiplié par 2, un 50mm devient un 100mm. A savoir qu'en micro 4/3 les grands angles sont rares ... un 12mm chez Olympus mais cher, le 12-35mm cité plus haut, un zoom 7-12mm, un 7,5 mm chez Samyang, et un récent 12-32 mm, petit à petit le choix s'améliore tout de même.
Ci dessous le 45-175 mm f4-5,6, le 14-42 mm f3,5-5,6 OIS, et le 14 mm f2,5


Stabilisation : le capteur du GX7 est "stabilisé", comme les Olympus OM-D. Par contre difficile à "gérer" ... en route, pas en route ? A priori l'appareil détecte si l'objectif est auto stabilisé et désactive la stabilisation interne, dans tous les autres cas, la stabilisation est en service.
C'est un gros avantage lorsque l'on utilise des vieux objectifs, ils prennent ainsi un coup de jeune et permettent de gagner quelques ILs.

Le WiFi : cette fonction de communication sans fil est un vrai plus et permet de :
_ Transférer ses photos et vidéos vers son PC/Mac, lire la carte directement est plus souple et plus rapide, set de dépannage en l'absence de câble et lecteur de carte.
_ Télécommander l'appareil à distance tout en visualisant via l'écran du smartphone les images du GX7, pas mal !
Deux remarques tout de même :
1) Il y a un minimum de configuration coté smartphone pour la wifi, il faut se connecter sur l'appareil photo. Sur mon smartphone, j'ai du désactiver les données, le smartphone ne trouvant pas de connexion internet sur l'appareil photo, se re-connectait systématiquement sur la box,
2) La portée est faible, quelques mètres à peine, ce qui réduit fortement les possibilités de télécommande à distance. Photographes animalier, ne rêvez pas, il vous faudra rester à 3 m de l'appareil ... cela est vraiment dommage, la fonction étant sinon quasi parfaite !
L'application sur l'Apple Store pour iPhone: Panasonic Image App,
L'application sur Google Store pour Android: Panasonic Image App,

Le GPS: Le GX7 n'a pas de GPS, tant pis pour la localisation des photographies, tant mieux pour la durée de la batterie.

Ergonomie: Cet appareil est plutôt orienté photographe expert, tout en ayant de nombreuses fonctions "automatiques" qui satisferont tout le monde. Les habitués de Panasonic retrouveront tout de suite leurs marques et seront opérationnels rapidement.
Quatre touches de fonction paramétrables permettent un accès direct à ses fonctions préférées.
Les menus dans l'ensemble sont relativement clairs, avec une aide simplifiée qui défile sur le haut de l'afficheur. Mais certaines sont plus obscures, d'autres sont parfois inaccessibles, bref, il faut, avant de démarrer, bien s'imprégner de la bête, et ne pas hésiter à se plonger dans le manuel.

Les défauts : 
_ La prise en main de l'appareil ... le pouce tombe sur les touches de fonctions et le pad, et régulièrement on se retrouve dans un menu quelconque choisi au hasard des appuis involontaires. Il manque un espace préformé pour le pouce,
_ l'AF sensitif, cette fonction permet de choisir du bout du doigt directement sur l'afficheur le sujet sur lequel on désire faire la mise au point, mais l'utilisation du viseur par l'oeil gauche amène votre bout du nez à choisir une autre zone (!),
_ L'intervalomètre : celui ci est en général parti pour fonctionner sur une longue période, l'économie d'énergie est primordiale, mais il est impossible de désactiver l'écran dans ce mode, il reste en fonction systématiquement tout au long de la prise de vue,
_ la batterie : Son format a changé par rapport aux Gx précédents, impossible de réutiliser ses batteries, le rachat est obligatoire.
_ La portée du wifi est faible, ce qui réduit les possibilités de la télécommande à distance,
_ Pas de GPS,
_ Trappe connecteurs bas de gamme,

Les qualités :
_ Très bonne qualité d'image jusqu'a 3200 iso,
_ Excellent viseur électronique,
_ Stabilisation au niveau du capteur,
_ Ecran orientable,
_ Mode silencieux avec utilisation de l'obturateur électronique,
_ Grand choix d'optiques, et montage possible de n'importe quel objectif de n'importe quelle marque,

Quelques photographies
La Côte de granit rose à Ploumanach

Moulin à mer, Ile de Bréhat

Jardin de Kerdalo, la grotte

La vapeur du Trieux

Chapelle dans la cathédrale de Tréguier

Abbaye de Beauport

A venir (si j'ai le courage), un article sur les menus du GX7, la comparaison entre GX7 et GX1, et le zoom 45-175 mm.

mardi 21 janvier 2014

Retour vers le passé

Je m'éloigne du micro 4/3 en revenant à mes premiers amours, la photographie panoramique "argentique" avec cet appareil sublime qu'est l'XPAN d'Hasselblad ! Mon scanner Coolscan de Nikon ayant ressuscité, j'ai aussitôt glissé une pellicule dans mon XPAN et arpenté la plage de Courseulles et de St Aubin un jour de grisaille ... J'ai un peu raté le développement de mon négatif, ce dernier étant déjà périmé, et mes produits commençaient à cristalliser, tant pis, j'ai eu un peu plus de travail pour récupérer mes images ... voici le résultat :

Courseulles sur mer
Sur la promenade de Courseulles sur mer

St Aubin sur mer
St Aubin sur mer

St Aubin sur mer
St Aubin sur mer

St Aubin sur mer
St Aubin sur mer

St Aubin sur mer
St Aubin sur mer

Ces images installées sur le blog ont subi quelques transformations automatiques par Google. Le rendu du N&B sera plus ou moins bon en fonction de votre browser web et ou de votre écran.
Sur un iPad avec Safari, ce n'est pas si mal.
L'Xpan :