lundi 24 septembre 2012

Sauterelles

Je pensais qu'il n'y avait pas de sauterelles dans mon jardin, que le passage de la tondeuse devait chaque année faire disparaitre les quelques rares spécimens osant s'aventurer dans l'herbe ... mais cette année, armé d'un objectif macro, j'ai scruté attentivement chaque pétale de fleur, chaque recoin d'herbe sauvage, et ce fut la récompense, oui les sauterelles existent bien dans mon jardin, un vrai bonheur ! J'ai donc fait connaissance avec ces nouveaux compagnons que j'avais ignorés jusque là :
  Les premières, toutes petites, dans les asters, elles ont bien grossi par la suite,

Et puis celle ci qui me faisait du charme pour s’excuser d'avoir grignoter un pétale,

Je ne l'avais même pas vu et failli l'écraser en ramassant les graines de cette plante, il est vrai que le mimétisme était réussi !

L'automne est là, bientôt ces sauterelles vont disparaître, leurs progénitures cachées sous terre pour la génération de l'année prochaine ...
Elles aiment les couleurs vives, elles sont plutôt coquettes ...
 On est fin septembre, par une belle journée d'automne, notre amie prend le soleil, encore quelques jours de répits avant l'hiver ...
Crop 100% ... elle a de beaux yeux, des taches de rousseur, elle est belle, non ?
J'ai découvert d'autres espèces de sauterelles, mais je n'ai pas réussi de photographies dignes d'être montrées ici.

 Le matériel utilisé : Panasonic GX1, objectif Zuiko 50mm f3,5 et bague d'adaptation, trépied carbone, réglages habituels : 800 asa, f11, le trépied est une valeur sûre en macro surtout avec un objectif manuel (!).
Ce 50mm f3,5 Zuiko est un peu ancien, peu lumineux, mais il rempli parfaitement sa fonction, faire de la macro. C'est une solution à moindre frais, comparé aux objectifs macro micro 4/3 comme le Panasonic Leica 45mm f2,8 à 700€, du moins en attendant que la tirelire se remplisse pour son futur achat ....
Pour de la photographie, un objectif manuel fait encore l'affaire, mais en vidéo, cela paraît une gageure, et la rapidité de l'auto focus d'un Leica 45mm permettra de saisir des images impossibles en manuel.


Lieu : jardin à Bures sur Yvette de 600 m2 que je m'efforce d'entretenir avec une bonne biodiversité, des espaces variés, de la pelouse fleurie, un jardin potager, des arbustes à fleurs et fruits, une rocaille, des murs de meulières, des espaces qui restent sauvages, pas de produits chimiques ... etc

dimanche 23 septembre 2012

Images de Corse

En guise de galerie de Septembre, voici quelques images ramenées de Corse, faites au GX1 ou au LX5.
Tour de Capu di Muru, au grand angle, GX1 et Samyang 7,5mm, traitement hdr,
Pour les randonneurs, une belle balade de 2h pour la tour dont l'entrée est libre et le paysage d'en haut magnifique (un grand merci au Conservatoire du Littoral), et 3 à 4h jusqu'au cap. Le plus dur sera d'arriver au point de départ en voiture (les petites routes Corses qui donnent le tournis ...) et trouver une place pour se garer... attention balisage quasi inexistant.

Côte sud de la Corse, au loin la Sardaigne.
Sentier côtier de la Testa, golfe de Figari d'un coté et golfe de Ventilegne de l'autre, très belle randonnée en bord de mer, rochers, criques, marécages, maquis ...tout y est !

Ici les tempêtes sont terribles .... pas aujourd'hui, mais demain peut être ?

Piéta de Bonifacio.
On retrouve en Corse des communautés villageoises soudés autour de leurs églises, qui ont su garder les traditions intactes. Pour nous continentaux, c'est un bain de jouvence, un retour dans notre enfance, du temps des processions et des kermesses qui réunissaient le temps d'une journée tout le village pour une fête joyeuse toute en simplicité. Amis Corses, surtout, continuez ainsi !

La pierre dans la construction traditionnelle.
Aujourd’hui, on voit s'ériger des murs de parpaing et des grillages, des maisons matuvu qui ne ressemblent à rien et qui enlaidissent le paysage., et pourtant la Corse possède un patrimoine exceptionnel, qui devrait être un exemple à suivre pour tout constructeur digne de ce nom ...